Deux doctorantes participent au Hackathon API-AGRO 2018

API-AGRO (www.api-agro.fr), opérateur de données agricoles, a organisé son deuxième hackathon les 6 et 7 février dernier. L’objectif de cette course : créer en 30 heures une application informatique originale d’intérêt pour le monde agricole valorisant des données et des API puis en faire la promotion et la démonstration devant un jury en 5 minutes.
Nous rencontrons deux doctorantes Mathilde Chen (Acta-INRA-IFV-Arvalis) et  Ivana Aleksovska (Acta-Météo-France-INRA-IFV-Arvalis) qui se sont prêté au jeu et ont participé à une des 6 équipes avec le projet Vine Health Watch porté par Acta et IFV.

VHW’com. Pouvez vous nous expliquer vos sujets de thèse?

 Mathilde. Ma thèse consiste à développer des méthodes d’analyse des données d’épidémiosurveillance sur le mildiou de la vigne. Je mobilise des méthodes d’analyse de survie qui me permettent d’avoir une vision de l’état sanitaire à l’échelle du territoire. En complément, je propose une procédure pour que les techniciens formalisent leur expertise en s’appuyant sur cette information et en la combinant à d’autres sources.  Plus d’infos ici
Ivana. Ma thèse cherche à améliorer les prévisions à court et moyen terme (d’un jour à un mois) des modèles agronomiques. Il s’agit de développer des outils d’aide à la décision pour les agriculteurs en prenant en compte l’incertitude des prévisions météorologiques (notamment température et pluie) et en fournissant une information probabiliste aux utilisateurs. J’utilise les modèles de prévision d’ensemble de Météo-France et du CEPMMT. Mes principales applications sont les modèles pour la protection des cultures et ceux pour la gestion de l’irrigation.   Plus d’infos ici

Nos deux thèses s’inscrivent dans l’institut Agriculture Numérique #DigitAg (www.hdigitag.fr).

VHW’com. Qu’est ce qui vous a attiré dans ce challenge ?
Ivana. L’esprit de compétition et le travail sous pression dans un temps très court.
Mathilde. Ce qui m’attire est le concept même du challenge qui est de concevoir un prototype fonctionnel en très peu de temps et en équipe. J’ai participé à la première édition il y a un an en tout début de ma thèse. L’ambiance m’avait beaucoup plu, donc j’avais hâte de récidiver cette année !

 VHW’com. Pouvez vous décrire en deux mots l’application que vous avez développé ?
Mathilde & Ivana. C’est un outil de visualisation de l’état sanitaire de la vigne à plusieurs échelles : nationale, régionale et parcellaire. Une des premières fonctionnalité est la prédiction des dynamiques épidémiques grâce à un modèle statistique basé sur les observations passées et intégrant celles collectées en temps réel en cours de saison. Notre application permet également de cartographier finement les prédictions.  
 Le viticulteur a la possibilité de saisir ses propres observations et peut ainsi obtenir une prédiction personnalisée. Tous ces outils valorisent les données collectées dans le cadre du Bulletin de santé du végétal. Enfin, l’utilisateur peut aussi avoir accès aux prévisions météos qui représentent l’évolution de la température et des précipitation sur les vignobles de la région.

VHW’com. Quelles ont été vos contributions ?

Mathilde. J’ai remobilisé une petite partie de mes travaux de thèse en adaptant le modèle de survie à l’ensemble des données de suivi des 4 principales maladies (mildiou, oïdium, black rot, pourriture grise) disponible dans la base de données Epicure de l’IFV. J’ai également présenté le fruit de notre travail collectif en 5 minutes avec la démonstration de l’application dans le pitch final.  
Ivana. J’ai utilisé l’API fournissant les prévisions météorologiques issues du modèle AROME à résolution de 1.3km de Météo-France. Avec l’IFV nous avons sélectionné les coordonnées représentatives des aires de production de chaque région administrative. Puis, nous avons agrégé ces données en calculant la moyenne pour la pluie et la température.  

VHW’com. Que vous a apporté cette courte expérience ?
Ivana. Comme je suis en début de thèse, c’était l’occasion de rencontrer des acteurs du domaine agricole et de mieux comprendre l’utilité de manipuler les données mises à disposition par API-AGRO.
Mathilde. Un gros mal de crâne, 3 kilos… mais surtout une superbe expérience conviviale en équipe. Cela m’a permis de mieux comprendre les dessous du développement d’une application. Comme je m’intéresse au monde des start-up, cette expérience fut très enrichissante pour moi.

VHW’com. Est ce que ce hackathon change vos directions de thèse ?
Mathilde. Pas du tout ! Ce fut juste une parenthèse de 30 heures dans mes trois ans de thèse. Mais cela m’a permis de côtoyer de plus prêt le monde de l’entreprenariat et de l’innovation. Cela me permet de mettre en perspective mes travaux de recherche par rapport avec leur futur valorisation sous forme d’outils utiles pour les agriculteurs.
Ivana. Non, je le vois plus comme une activité parallèle que comme un changement de direction. Mais, cela m’a permis d’avoir une vision très concrète de ce que peut être une application pour les agriculteurs et comme mon objectif de thèse est bien d’améliorer des OAD, c’est une expérience précieuse.

VHW’com. Quel autre message à faire passer ?
Ivana & Mathilde. L’innovation s’appuie sur un travail de fond et les thèses sont des projets indispensables pour développer des méthodes utilisées dans les outils de demain. Face aux enjeux auxquels doit faire face l’agriculture, il est important que les instituts techniques (Acta, IFV, Arvalis) et les instituts de recherche (Inra, Météo-France) travaillent main dans la main afin d’investir sur le long terme pour les innovations de demain.

Propos recueillis par VHW’com
@VineHealthWatch (février 2018)

L’équipe Acta-IFV-INRA au complet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *