Multipass. Episode “Quelles opportunités et craintes sur les échanges de données de données agricoles? Points de vue des agriculteurs.”

Avec l’explosion de la quantité de données disponible dans les exploitations et leur captation à la source, la question de l’accès aux données agricoles devient une question importante (voir l’accès aux données pour la recherche et l’innovation en agriculture. Position des Instituts Techniques Agricole, paru en 2016 ou encore La valeur des données en agriculture par Renaissance Numérique paru en 2018).

Le projet Multipass (en savoir plus) lancé en 2018 vise à mettre à disposition des producteurs et valorisateurs de données agricoles, un écosystème de gestion des consentements des agriculteurs protégeant les échanges de données des exploitations. En renforçant la confiance des producteurs nécessaire au partage de leurs données, le projet permettra de faire émerger de nouveaux services innovants.

Afin de construire cet écosystème, nous souhaitons définir avec les différents acteurs, dont les agriculteurs, les conditions d’établissement de la confiance dans le cadre du partage de données en agriculture. Cet article est une des contributions à ce travail d’analyse de cette problématique et de concertation avec les acteurs.

Dans le cadre du projet Multipass, nous avons organisé avec différents partenaires plusieurs ateliers en 2018 (Voir Encadré 1) dans diverses régions avec de petits groupes d’agriculteurs, diversifiés dans leurs productions, tailles d’exploitations et plus ou moins engagés dans une digitalisation de leur exploitation, pour identifier les opportunités et craintes sur la question des échanges de données exprimées par les agriculteurs eux-mêmes. Voici les principaux enseignements. Continuer la lecture de « Multipass. Episode “Quelles opportunités et craintes sur les échanges de données de données agricoles? Points de vue des agriculteurs.” »

MULTIPASS : Faire émerger de nouveaux services dans une chaine de confiance

Avec l’avènement du numérique, les exploitations deviennent une source de données incontournable pour répondre aux enjeux de multi-performance de l’agriculture. Les Instituts Techniques Agricoles ont formulé 10 recommandations pour faciliter l’accès et la valorisation de ces données. Au-delà du service rendu, l’accès aux données des agriculteurs est conditionné à une bonne compréhension de l’utilisation de leurs données qui doit se faire en toute transparence. De ce diagnostic a émergé le projet CASDAR MULTIPASS.

A travers ce projet, les partenaires (ARVALIS, ACTA, FIEA, IDELE, IRSTEA, ORANGE et SMAG) souhaitent mettre à disposition des producteurs et valorisateurs de données agricoles, un écosystème de gestion des consentements des agriculteurs protégeant les échanges de données des exploitations.

Les attentes des exploitants vis-à-vis d’un outil de gestion des consentements seront exprimées au sein de groupes de travail. Ces recommandations éthiques seront consignées dans un livre blanc puis traduites en spécifications fonctionnelles sur lesquelles seront basées les adaptations de deux outils de gestion des consentements existants. Ces outils, basés sur des approches différentes associant un tiers de confiance pour l’un et la technologie blockchain pour l’autre, seront comparés au sein de cas d’usages, tout en implémentant sous forme de preuves de concept les conditions de l’interopérabilité entre ces systèmes existants ou à venir.

L’écosystème a vocation à couvrir les besoins en matière de transparence des usages et de gestion des consentements de toutes les filières agricoles. Il peut enfin apporter une brique importante pour la gestion des consentements des exploitants pour alimenter des plateformes existantes comme API-AGRO voire un futur portail national de données agricoles.

Le projet vise à démontrer aux organisations professionnelles agricoles l’intérêt et la faisabilité d’un écosystème de gestion des consentements. En renfonçant la confiance des producteurs nécessaire au partage de leurs données, le projet permettra de faire émerger de nouvelles connaissances et de nouveaux services. Il favorise l’innovation ouverte, c’est-à-dire l’émergence d’applications agricoles couplées aux données des agriculteurs provenant de n’importe quelle source de données ou objet connecté, pour éviter le risque de concentration de l’innovation mais également la création de connaissances par l’analyse de données massives d’exploitations, dans une chaine de confiance.

MULTIPASS est financé par le compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural » (CASDAR) (AAP Recherche Technologique 2017) et ses partenaires.