Intelligence Artificielle : vers la fin du travail ?

Le thème des derniers rdv de l’agriculture connectée qui se tenaient le 26/10 dernier à l’ESA d’Angers était l’Intelligence Artificielle (ou IA). Pour une fois, c’est bien ceux qui en font vraiment qui en ont parlé.

L’IA nécessite énormément de données pour apprendre et avoir des résultats satisfaisants. Traiter ces données prends du temps. L’augmentation des performances des machines et l’augmentation du nombre de noeuds de traitement (deep learning) ont grandement amélioré les performances de l’IA. Mais la très grande majorité des IA aujourd’hui est subhumaine (ses performances restent inférieures à celles d’un humain). Car l’IA est victime du Paradoxe de Moravec : le plus simple à faire pour l’homme est le plus dur à coder en IA (reconnaissance visuelle, vocale, etc).

On peut qualifier 4 types d’IA :
– IA équivalente sur une tâche (conduire (Google car, Whatson, European truck platooning challenge), accorder un prêt, etc)
– IA supérieure à la totalité des humains sur une tâche (AlphaGo, Whatson)
– IA générale qui est multitache et égale aux humains, on en est a priori loin mais cela semble réaliste.
– Enfin, la singulatité technologique est une IA qui s’autoaméliore et dotée d’une conscience.

Pour ce qui concerne cette dernière, c’est clairement du fantasme. La problématique énergétique, le rejet de la société son trop forts. On entend surtout les GAFA en parler car ils misent dessus afin de se rendre incontournables.

Mais quel impact aura l’IA sur notre façon de travailler? Cette peur de la fin du travail apparaissait déjà au 18eme siècle avec la révolution industrielle. En effet des métiers ont disparu comme tisserand, lavandière, bien souvent des travails laborieux. L’automatisation permet donc la réduction de la pénibilité physique et cognitive, et libère du temps. Les métiers valorisant l’intelligence créative, ou sociale, ou encore nécessitant une perception / manipulation fine, seront clairement épargnés par l’IA. En ce qui concerne l’agriculture, personne ne s’est trop avancé !

Mais il est certain que les métiers vont évoluer encore avec l’IA et c’est une vraie occasion de réinventer le travail tout en évitant la perte d’expérience liée au remplacement de l’homme par une machine (cf histoire du pilote Sully aux US). Le nombre d’agriculteurs ayant déjà beaucoup baissé, il diminuera probablement peu (il faut au moins une UTH par exploitation!) mais ils pourront gérer plus d’ha ou d’animaux. La formation sera enfin importante, faisant évoluer les métiers du conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *